Le Velay est depuis des siècles une terre de foi et de spiritualité. Dès le Ve siècle, un sanctuaire dédié à la Vierge Marie a été édifié au sommet du mont Anis.

Le pèlerinage à Notre-Dame du Puy s’est développé rapidement et son rayonnement s’est étendu sur toute la chrétienté d’Occident. Au départ de la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, dès le Xe siècle, la halte auprès de la vénérable et mystérieuse statue de la Vierge Noire est ainsi devenue un moment privilégié de reconnaissance envers le Christ Sauveur que Marie a accueilli comme Fils de Dieu.

Des papes, des rois, des millions de pèlerins sont venus se recueillir dans la cathédrale dédiée au mystère de l’Annonciation. En 1095, la première croisade prêchée par le pape Urbain II à Clermont-Ferrand eut pour légat en Terre sainte l’évêque du Puy-en-Velay, Adhémar de Monteil, propagateur du «Salve Regina» l’antienne du Puy comme l’appellera Saint Bernard.

Les fêtes religieuses constituent des temps forts de l’année liturgique. Chaque Vendredi Saint, les Pénitents Blancs tracent un chemin de Croix dans la haute ville, en mémoire de la Passion du Christ. Le 15 août, jour de la fête de l’Assomption, la statue de la Vierge Noire est portée en procession dans les rues de la ville.

Autre temps fort : le Jubilé qui se produit lorsque le 25 mars, fête de l’Annonciation tombe le Vendredi Saint, la célébration de l’Incarnation coïncide alors avec celle de la Rédemption. La 31ème édition de cet événement millénaire a eu lieu en 2016.
Le prochain est prévu en 2157 !

Des lieux où souffle l’Esprit

Les marques de l’enracinement religieux du Velay sont omniprésentes. Dans la campagne, croix, calvaires, oratoires, chapelles, bâtiments d’assemblée… Partout, le sacré fait partie du décor. De la cité ponote, la dévotion mariale a essaimé dans tout le diocèse, comme en atteste le grand nombre de Vierges romanes conservées dans les petites églises.

Au-delà de cette ferveur toute particulière pour la Vierge, le département est également riche d’une vie monastique intense comme en témoignent les abbayes de la Chaise-Dieu, du Monastier-sur-Gazeille, de Chamalières-sur-Loire, de Chanteuges…

Sans oublier les couvents et maisons religieuses. Sur ces terres profondément marquées par le catholicisme, le protestantisme s’est développé dès le XVIe siècle dans la région du Chambon-sur-Lignon et du Mazet-Saint-Voy. Cette présence, encore très forte de nos jours, a imprégné durablement les caractères et les comportements sociaux contribuant à la richesse et à la diversité de l’ensemble du département.