Eglise Notre-Dame de l’Assomption

Eglise priorale affiliée à l'abbaye de la Chaise-Dieu, fondée avant 1067 et unie à l’infirmerie. L’église de Laval se caractérise par la sobriété de son plan et de son décor. Sainte Marguerite d’Antioche de Pisidie est la patronne de la paroisse.

Description

L’infirmier-mage présentait à la cure, recevait les droits de dîme, cens, directe et disposait de la haute justice. Deux moines y résidaient.
Même si l’église n’apparaît dans les textes qu’à partir de 1331, on peut penser, d’après les quelques éléments sculptés une église romane a pu préexister à l’édifice actuel. Celui-ci a été, comme beaucoup de dépendances casadéennes, construit au XIVe siècle dans la continuité de la reconstruction de l’abbatiale de La Chaise-Dieu. Le clocher a été surélevé d’un niveau à la fin du XVIe siècle. Les baies cintrées percées dans les façades nord et sud de la nef et dans celles des chapelles semblent, par leur style, avoir été ouvertes ou modifiées à l’époque moderne (peut-être au moment de la surélévation du clocher ou au siècle suivant ?). La sacristie accolée à la façade sud a été ajoutée à une époque indéterminée (XIXe siècle ?).
Elle comprend une nef à deux travées, une chapelle au nord et au sud au droit de la deuxième travée et un chevet à abside pentagonale assez courte et travée droite à laquelle est accolée, côté sud, une sacristie. La porte a conservé ses vantaux d’origine. Un curieux modillon représentant une sirène à double queue à l'entrée. À l’intérieur, l’ensemble de l’édifice est voûté d’ogives à clefs sculptées. La chapelle latérale sud, qui est une chapelle seigneuriale, porte des traces de peinture sur la voûte et les murs. Cet édifice présente une appartenance de style avec l'architecture rurale du 14e siècle.
Marguerite d’Antioche de Pisidie (morte vers 305) est une vierge martyre du IVe siècle, fêtée le 20 juillet.
Fille du prêtre païen Edesius, elle se convertit au christianisme. À quinze ans, alors qu’elle garde les troupeaux, elle est remarquée par le préfet Olybrius qui lui propose de l’épouser, ce qu’elle refuse en se proclamant chrétienne. Le préfet la fait emprisonner. Olybrius ordonne ensuite qu’on la torture de différents manières, mais elle sort indemne de ces tortures et convertit ainsi les nombreuses personnes qui assistaient à ses supplices et qui sont aussitôt décapités. La décapitation met fin aux longs supplices de Marguerite. On invoque Marguerite dans les difficultés avec les enfants, comme patronne d’une bonne éducation des enfants, pour la conversion des pécheurs et contre les assauts de Satan.

Thèmes

  • Patrimoine religieux
  • Eglise

Tarifs

Gratuit

Accès libre.

Ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Eglise priorale affiliée à l'abbaye de la Chaise-Dieu, fondée avant 1067 et unie à l’infirmerie. L’église de Laval se caractérise par la sobriété de son plan et de son décor. Sainte Marguerite d’Antioche de Pisidie est la patronne de la paroisse.

Description

L’infirmier-mage présentait à la cure, recevait les droits de dîme, cens, directe et disposait de la haute justice. Deux moines y résidaient.
Même si l’église n’apparaît dans les textes qu’à partir de 1331, on peut penser, d’après les quelques éléments sculptés une église romane a pu préexister à l’édifice actuel. Celui-ci a été, comme beaucoup de dépendances casadéennes, construit au XIVe siècle dans la continuité de la reconstruction de l’abbatiale de La Chaise-Dieu. Le clocher a été surélevé d’un niveau à la fin du XVIe siècle. Les baies cintrées percées dans les façades nord et sud de la nef et dans celles des chapelles semblent, par leur style, avoir été ouvertes ou modifiées à l’époque moderne (peut-être au moment de la surélévation du clocher ou au siècle suivant ?). La sacristie accolée à la façade sud a été ajoutée à une époque indéterminée (XIXe siècle ?).
Elle comprend une nef à deux travées, une chapelle au nord et au sud au droit de la deuxième travée et un chevet à abside pentagonale assez courte et travée droite à laquelle est accolée, côté sud, une sacristie. La porte a conservé ses vantaux d’origine. Un curieux modillon représentant une sirène à double queue à l'entrée. À l’intérieur, l’ensemble de l’édifice est voûté d’ogives à clefs sculptées. La chapelle latérale sud, qui est une chapelle seigneuriale, porte des traces de peinture sur la voûte et les murs. Cet édifice présente une appartenance de style avec l'architecture rurale du 14e siècle.
Marguerite d’Antioche de Pisidie (morte vers 305) est une vierge martyre du IVe siècle, fêtée le 20 juillet.
Fille du prêtre païen Edesius, elle se convertit au christianisme. À quinze ans, alors qu’elle garde les troupeaux, elle est remarquée par le préfet Olybrius qui lui propose de l’épouser, ce qu’elle refuse en se proclamant chrétienne. Le préfet la fait emprisonner. Olybrius ordonne ensuite qu’on la torture de différents manières, mais elle sort indemne de ces tortures et convertit ainsi les nombreuses personnes qui assistaient à ses supplices et qui sont aussitôt décapités. La décapitation met fin aux longs supplices de Marguerite. On invoque Marguerite dans les difficultés avec les enfants, comme patronne d’une bonne éducation des enfants, pour la conversion des pécheurs et contre les assauts de Satan.

Thèmes

  • Patrimoine religieux
  • Eglise

Tarifs

Gratuit

Accès libre.

Ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Eglise priorale affiliée à l'abbaye de la Chaise-Dieu, fondée avant 1067 et unie à l’infirmerie. L’église de Laval se caractérise par la sobriété de son plan et de son décor. Sainte Marguerite d’Antioche de Pisidie est la patronne de la paroisse.

Description

L’infirmier-mage présentait à la cure, recevait les droits de dîme, cens, directe et disposait de la haute justice. Deux moines y résidaient.
Même si l’église n’apparaît dans les textes qu’à partir de 1331, on peut penser, d’après les quelques éléments sculptés une église romane a pu préexister à l’édifice actuel. Celui-ci a été, comme beaucoup de dépendances casadéennes, construit au XIVe siècle dans la continuité de la reconstruction de l’abbatiale de La Chaise-Dieu. Le clocher a été surélevé d’un niveau à la fin du XVIe siècle. Les baies cintrées percées dans les façades nord et sud de la nef et dans celles des chapelles semblent, par leur style, avoir été ouvertes ou modifiées à l’époque moderne (peut-être au moment de la surélévation du clocher ou au siècle suivant ?). La sacristie accolée à la façade sud a été ajoutée à une époque indéterminée (XIXe siècle ?).
Elle comprend une nef à deux travées, une chapelle au nord et au sud au droit de la deuxième travée et un chevet à abside pentagonale assez courte et travée droite à laquelle est accolée, côté sud, une sacristie. La porte a conservé ses vantaux d’origine. Un curieux modillon représentant une sirène à double queue à l'entrée. À l’intérieur, l’ensemble de l’édifice est voûté d’ogives à clefs sculptées. La chapelle latérale sud, qui est une chapelle seigneuriale, porte des traces de peinture sur la voûte et les murs. Cet édifice présente une appartenance de style avec l'architecture rurale du 14e siècle.
Marguerite d’Antioche de Pisidie (morte vers 305) est une vierge martyre du IVe siècle, fêtée le 20 juillet.
Fille du prêtre païen Edesius, elle se convertit au christianisme. À quinze ans, alors qu’elle garde les troupeaux, elle est remarquée par le préfet Olybrius qui lui propose de l’épouser, ce qu’elle refuse en se proclamant chrétienne. Le préfet la fait emprisonner. Olybrius ordonne ensuite qu’on la torture de différents manières, mais elle sort indemne de ces tortures et convertit ainsi les nombreuses personnes qui assistaient à ses supplices et qui sont aussitôt décapités. La décapitation met fin aux longs supplices de Marguerite. On invoque Marguerite dans les difficultés avec les enfants, comme patronne d’une bonne éducation des enfants, pour la conversion des pécheurs et contre les assauts de Satan.

Thèmes

  • Patrimoine religieux
  • Eglise

Tarifs

Gratuit

Accès libre.

Ouverture

Toute l'année, tous les jours.